Tumblr de Julien Lecomte

Liens partagés via mon blog et mes comptes sur divers réseaux sociaux et sites de veille : philosophie (épistémologie et éthique), médias et société.
http://julien.lecomte.over-blog.com
Recent Tweets @
See on Scoop.it - Philosophie et société

After the inventions of writing and printing, digital communication represents the third great innovation on the media plane. With their introduction, these three media forms have enabled an ever growing number of people to access an ever growing mass of information. These are made to be increasingly lasting, more easily. With the last step represented by Internet we are confronted with a sort of “activation” in which readers themselves become authors. Yet, this in itself does not automatically result in progress on the level of the public sphere. […] The classical public sphere stemmed from the fact that the attention of an anonymous public was “concentrated” on a few politically important questions that had to be regulated. This is what the web does not know how to produce. On the contrary, the web actually distracts and dispels.” This is how, among many more subjects, Jürgen Habermas comments the evolution of democratic participation in the internet era.

Reset-DoC is pleased to republish the translated version of a long interview published last June on the “Frankfurter Rundschau” for the philosopher’s eighty-fifth birthday.


See on resetdoc.org
See on Scoop.it - Média et société

Par Alice Antheaume.

«Nous vivons l’âge d’or du journalisme». «La liberté de la presse est le fondement de toute démocratie». Telles sont quelques unes des phrases que deux étudiants de l’Université de Boston ont le plus entendues cette année de la bouche de journalistes professionnels venus leur parler. Pour en rire, ils ont en fait un bingo, crayonné à la va-vite. Cela m’a donné l’idée de réaliser, à mon tour, une grille de bingo avec les questions qui reviennent le plus souvent de la part des étudiants et des journalistes professionnels. Et, sous la grille, des tentatives de réponses claires.

 


See on blog.slate.fr
See on Scoop.it - Média et société

Cyrille Frank est à l’origine de plusieurs initiatives innovantes dans le domaine de l’information et de la communication (Mediaculture, AskMedia, Quoi.info, Médiacadémie…).

Ancien journaliste, il forme, conseille et coache des médias ou des marques et agences depuis 2009. Il donne aussi des cours et des conférences pour des écoles de journalisme, écoles de commerce, à l’Université ou en formation professionnelle.

Après son parcours à l’Institut Français de Presse et au Centre de Formation des Journalistes, il développe une expérience dans le journalisme et la communication web en travaillant notamment pour Fun Radio, Future France, ZDNet, Altavista ou encore AOL.

Il est également l’auteur du Petit guide du citoyen averti et du Livre à lire dans l’isoloir.

L’entretien a principalement porté sur les thématiques suivantes : les rapports entre information et communication (avec un focus sur la question de la vulgarisation et l’éducation), les mutations dans les médias d’information, la critique du journalisme et du marketing. Par extension, la problématique du financement et des aides à la presse a également été abordée.


See on julien.lecomte.over-blog.com
See on Scoop.it - Varia

Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour lui-même est un esclave, qu’il soit d’ailleurs ce qu’il veut : politique, marchand, fonctionnaire, érudit”

- Friedrich Nietzsche, Humain, trop humain


See on evene.lefigaro.fr
See on Scoop.it - Média et société

Le selfie dans sa dimension sociale : un processus de généralisation narcissique du portrait photographique ?La mode des selfies peut être déclinée en trois points : son développement historique, son esthétique particulière, un hypothétique réquisitoire à charge du « narcissisme contemporain ». Trois éléments qui tendent à montrer que le selfie représente davantage qu’un simple phénomène de mode.

Un article rédigé par Yves Collard.


See on media-animation.be
See on Scoop.it - Philosophie et société

Tous les numéros de la revue “Etudes Ricoeuriennes” (depuis 2010).


See on ricoeur.pitt.edu
See on Scoop.it - Philosophie et société

Ce numéro spécial d’ERRS consacré à “Ricœur et la philosophie analytique” a été conçu initialement comme le prolongement du congrès international (co-organisé par Olivier Abel, Jean-Marc Tétaz et Johann Michel) qui s’est tenu à Paris en novembre 2013 à l’occasion du centenaire de la naissance du philosophe. Si les études dédiées à la pensée ricoeurienne connaissent depuis une vingtaine d’années un véritable engouement, force est de constater la relative pauvreté de la littérature secondaire qui traite de l’importance de la philosophie analytique dans son œuvre. C’est pour combler ce vide que nous avions à la fois imaginé avec Jean-Marc Tétaz la thématique du colloque au Fonds Ricœur en 2013 et la gestation de ce numéro thématique. Précisons cependant que l’appel à proposition du colloque du centenaire était plus large pour concerner les rapports de Ricœur à la philosophie contemporaine de langue anglaise.

Ce serait assurément un contresens de faire de Ricœur un “philosophe analytique,” la meilleure preuve étant qu’il est rarement discuté par ce courant philosophique et qu’il n’a jamais revendiqué lui-même cette qualification. Mais on ne saurait oublier, avant même son long séjour à l’Université de Chicago, qu’il s’est intéressé à des auteurs analytiques (et ce, dès le début des années 1960) et a contribué à les introduire par la suite en France, notamment dans son “séminaire de la rue Parmentier” et en tant que directeur de la collection “L’ordre philosophique” aux Éditions du Seuil. Ce geste de passeur et d’introducteur qu’il a accompli quelques décennies plus tôt pour la phénoménologie (après Levinas et Sartre), il le répète, surtout à partir des années 1970, pour la philosophie analytique. Ce geste d’ouverture, que nul ne pourra contester, est d’autant plus remarquable que les traditions analytiques se sont largement constituées contre une méthode philosophique – la phénoménologie –, qui a contribué plus qu’aucune autre à la formation initiale de Ricœur.

(…)


See on ricoeur.pitt.edu